Accueil > L’Eglise > Présidence

Présidence

mercredi 11 février 2015, par Yayi

« … Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris ».
C’est par ce verset biblique tiré du livre du prophète Esaïe 53 : 5b, verset qui fait l’objet du thème du Synode Général de notre Eglise autour duquel les forces vives

de l’Eglise se sont réunies à la Cité de Grâce de Porto-Novo du 24 janvier au 1er février 2015, que souhaite à chacun et à chacune la paix de Christ dans vos familles et foyers respectifs.
DISCOURS DU REV. DR NICODEME I. ALAGBADA,
PRESIDENT DE L’EGLISE PROTESTANTE METHODISTE DU BENIN,
A L’OUVERTURE DU SYNODE GENERAL 2014 TENU A PORTO-NOVO
du 24 janvier au 1er février 2015

 Mesdames et Messieurs les Ministres,
 Mesdames et Messieurs les députés à l’Assemblée Nationale,
 Monsieur le Prélat de l’Eglise Méthodiste du Nigéria,
 Monsieur le Préfet des Départements de l’Ouémé et du Plateau
 Monsieur le Maire de la ville de Porto-Novo
 Mesdames et Messieurs les Représentants des Missions Etrangères et des Partenaires de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin (EPMB)
 Monsieur le Vice-Président Laïc de l’EPMB
 Monsieur le Secrétaire Général de l’EPMB
 Monsieur le Recteur de l’UPAO
 Mesdames et Messieurs les Honorables délégués
 Révérends, Pasteurs, en vos divers rangs et qualités
 Honorables invités,
 Chers sœurs et frères dans le Seigneur Jésus-Christ,
« Louez l’Eternel, invoquez son nom ! Faites connaître parmi les peuples ses hauts faits ! Chantez, chantez en son honneur ! Parlez de toutes ses merveilles ! Glorifiez-vous de son saint nom ! Que tout ce qui respire loue l’Eternel ! Louez l’Eternel ! » I Chroniq16:8-10a ; Ps 150 :6.
C’est avec le psalmiste que je voudrais rendre grâce au Père Céleste, qui nous a permis de nous retrouver ici ce matin pour l’ouverture officielle du 21ème Synode Général Autonome de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin (EPMB).
Je vous remercie pour votre présence et j’adresse à tous mes salutations fraternelles en Christ. En ce début d’année, il est encore temps de vous formuler, en cette circonstance solennelle, mes vœux les meilleurs pour une année bénie dans la connaissance et dans la pratique de la parole du Seigneur. Que sa paix soit votre partage à tous, dans ce monde tourmenté.
Je voudrais également saluer nos partenaires qui nous accompagnent dans tous nos projets à travers leurs assistantes technique et financière. Particulièrement à vous, qui représentez vos différentes entités et institutions à ce Synode, je voudrais vous exprimer, au nom de toute l’Eglise, toute ma gratitude.
Mesdames et Messieurs,
Chers sœurs et frères en Christ,
Le présent Synode Général revêt un caractère spécial en ce qu’il nous fait passer non seulement d’une année à une autre, mais aussi d’un mandat présidentiel à un autre. En effet, conformément aux dispositions des Statuts et Règlement Intérieur de notre Eglise, ce synode marque le début de mon second à la présidence de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin.
Quel bilan faire de la gestion de ce premier mandat et que retenir en termes de projections pour les cinq (05) prochaines années ?
A) RETROSPECTIVE
Depuis l’année ecclésiastique 2010 où nous avons été élu en tant que serviteur de Dieu à la tête de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin, nous avons eu à cœur d’évoluer avec l’assurance que c’est seulement ensemble que nous gagnerons.
Chers invités et chers délégués au Synode,
Cette première mandature a été marquée par d’intenses activités, caractérisées par des joies et des peines mais aussi par des espoirs et des projets. Aujourd’hui, cinq ans après, il importe de faire un bilan du parcours parce que c’est en nous remettant en cause que nous connaîtrons le vrai succès, bien sûr, à la gloire de Dieu, le Dieu de la vie, celui sans lequel tout ceci ne serait possible. Nous lui devons donc une action de grâces fervente et sincère pour les joies et les peines du parcours.
Je voudrais rappeler qu’en 2010, lorsque nous avons été appelé aux affaires, nous avions placé notre mandat sous le règne de la prise de conscience collective de notre besoin de réveil : réveil de la spiritualité, réveil de l’évangélisation, réveil dans l’administration ecclésiastique ; et tout ceci porté par quatre mots : vérité, pardon, réconciliation et réunification.
Cette vision inspirée de Dieu et traduite quotidiennement dans les actes durant ces dernières années, a porté des fruits divers. La présentation de notre bilan requiert que nous saluions et témoignions toute notre gratitude à nos prédécesseurs, initiateurs de plusieurs œuvres et aussi toutes celles et tous ceux qui contribuent inlassablement, à l’atteinte de nos objectifs dans plusieurs domaines dont certains méritent d’être cités :

1) Au niveau de l’évangélisation
La mise en œuvre du Plan stratégique 2009-2019 pour l’Evangélisation et l’Education Chrétienne (EVEC) suit progressivement son cours. Au vu de l’importance capitale de cette action, nous nous y sommes investis de manière particulière à travers la conception et la mise en œuvre d’un vaste programme de formation des formateurs des acteurs de l’Evangélisation qui a connu des avancées considérables.
Un plan de formation pastorale prévoit, d’ici à 2027, la formation de 200 pasteurs. Notons toutefois que, grâce au projet Formation Evangélisation Spiritualité (FORESPI), la formation des Evangélistes a débuté depuis 2013 avec 35 candidats ; 14 nouveaux Pasteurs ont été formés ; 25 Pasteurs sont actuellement en formation à l’UPAO et plusieurs autres attendent de l’être. Parmi ces Pasteurs en formation, 09 sont en phase d’achever dès juin 2015 leur licence en Théologie.
Le volet Jeune Volontaire pour Christ (JVC) est un outil précieux qui facilite nos réformes en termes de formation. Il nous permet de détecter la vocation des fidèles au saint ministère. En effet, le nombre de JVC recrutés de 2012 à nos jours est de 48 (30 titulaires du BAC et 18 titulaires du BEPC). Selon leur formation, ces jeunes seront utilisés en qualité d’animateurs, d’évangélistes et de pasteurs.
Au titre de l’année en cours, 09 autres JVC devraient démarrer la rentrée 2014-2015 à l’UPAO, mais ils sont encore utilisés sur le terrain comme stagiaires dans les régions en attendant les moyens adéquats pour leur formation académique. De même, 07 titulaires du BAC, recrutés en 2014 poursuivent actuellement leur stage sur le terrain également pour une période de deux ans avant leur entrée à l’UPAO. Par ailleurs, 18 JVC de niveau BEPC poursuivent depuis deux ans la formation modulaire des évangélistes qui durera 3 ans.
Conjointement, le projet FORESPI forme depuis deux ans, 22 animateurs utilisés dans les régions en vue du renforcement de leurs capacités. Au terme de leurs études qui dureront aussi 3 ans, les intéressés obtiendront le diplôme d’évangélistes.
Je voudrais, par ce canal, lancer un vibrant appel à toutes les personnes de bonne volonté pour un accompagnement vers la pérennisation de ces actions, gage d’un développement durable de l’Eglise. Car, si tous les JVC des 3 années (2012-2013-2014) terminent à satisfaction leur formation avec les évangélistes d’après le tableau ci-dessus peint, l’Eglise pourra compter à terme sur près d’une cinquantaine d’ouvriers de plus (30 pasteurs et 18 évangélistes).
Au niveau de la formation complémentaire, l’EPMB attend d’accueillir 04 nouveaux Docteurs en Théologie. Pour mémoire, retenons que 03 autres ont obtenu leur diplôme au cours de l’année 2014.
Par ailleurs, le programme d’alphabétisation, socle de l’évangélisation de masse, a connu une évolution dans plusieurs de nos langues maternelles à savoir : le Goun, le Mina, le Yoruba, le Fon, etc. Pour nous accompagner dans cette gigantesque œuvre, le Seigneur nous a dotés de Radio HOSANNA FM 90.6, la Voix de l’Espérance, pour porter encore plus loin l’Evangile.
Je sais que notre rédempteur est vivant. Il fait toute chose bonne en son temps. Voilà pourquoi je puis me donner à présent, douleur dans l’âme, le courage de vous annoncer que cette radio a connu le 09 Janvier 2015 une dure épreuve : un incendie a consumé entièrement son studio principal de production entraînant du coup la suspension provisoire des émissions de cette radio. Tout est grâce ! Avec l’aide de l’Eternel, tout sera mis en œuvre pour la reprise effective des activités.

2) Au niveau du Social,
Nous avons poursuivi le renforcement des activités diaconales de notre église par :
 l’équipement et l’amélioration de la gestion de nos structures diaconales,
 la réhabilitation de nos centres de formation tels que les Centres de Hohota, Dangbo, Anavié, etc.
 la finalisation des travaux de construction d’un bâtiment de trois niveaux qui abrite désormais la Polyclinique « Le Bon Samaritain » avec une capacité d’hospitalisation de 40 lits et une unité de radiographie qui sera bientôt fonctionnelle. Cette réalisation a requis un investissement avoisinant 400 millions de francs CFA. J’ai la joie de vous annoncer officiellement qu’au cours des présentes assises, il sera procédé à l’inauguration solennelle de cette Polyclinique.
Des réformes sont en cours en vue de redonner à nos structures de formation classique leur aura d’antan et surtout de trouver des solutions durables aux crises que traverse l’enseignement protestant. Un effort particulier est aussi fait pour l’implantation d’institutions de même nature dans toutes nos régions synodales. A cet effet, le Rassemblement des Cadres et Leaders de l’EPMB a un rôle capital à jouer pour accompagner la mise en œuvre de ces réformes.
3) Au niveau des finances
Toutes les actions ci-dessus évoquées ont été entreprises grâce au concours matériel et financier de nos partenaires. Je voudrais à cette occasion renouveler ma profonde gratitude :
 à la Communauté des Eglises en mission (Cevaa) ici représentée par son envoyé en la personne de …..
 à la Conférence de Toutes les Eglises d’Afrique, représentée ici par son envoyé spécial Afrique de l’Ouest et du Centre, le Révérend Simon Kossi DOSSOU
 au DEFAP représenté à ce synode par …..
 au DM mission et échanges, représenté ici par ….
 au SECCAR, représenté ici par notre frère Christian CODJO APATA
 aux Eglises sœurs avec qui nous sommes en partenariat.
Nous apprécions à leur juste valeur tous les efforts déployés par nos partenaires pour l’atteinte de nos objectifs communs.
L’EPMB a entrepris des démarches avec ses partenaires traditionnels et d’autres ciblés en vue de partenariats qui lui permettront d’améliorer ses ressources en vue de mieux intensifier ses actions dans le but de contribuer à l’atteinte des objectifs du millénaire.

B) PERSPECTIVES
Pour nous montrer dignes du Dieu que nous servons, nous nous devons de nous remettre en cause sur les traces de Beaumarchais qui disait : « La difficulté de réussir ne fait qu’ajouter à la nécessité d’entreprendre ».
Chers invités et chers synodaux,
L’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin a des défis nombreux et divers à relever. Pour y arriver, nous devons d’abord prendre conscience que c’est en œuvrant tous et sans exception ensemble que nous pourrons sortir l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin de sa situation actuelle et ceci sur tous les plans.
1) Au niveau de l’évangélisation
Il faudra évaluer à mi-parcours notre plan stratégique 2009-2019 de développement de l’Evangélisation et de l’Education Chrétienne afin de voir les avancées, d’identifier les difficultés et les améliorations à apporter : c’est l’une des grandes tâches auxquelles notre Eglise s’attellera au cours de l’année 2015.
2) Au niveau des finances
Notre objectif est d’atteindre, dans les années à venir, l’autonomie financière de l’Eglise et de dépendre de moins en moins de l’appui financier de nos partenaires, abondamment sollicités par ailleurs. Avec eux, nous comptons initier des plans d’actions qui nous permettront de mettre en œuvre des programmes de sortie de la précarité et de tendre donc vers cette autonomie. A cet effet des actions immédiates s’avèrent indispensables, dont notamment :
 un audit de tous les centres de formation et de profit de l’Eglise en vue d’une redynamisation de ceux qui peuvent encore tenir,
 une évaluation du patrimoine de l’Eglise,
 l’identification des secteurs porteurs de ressources vers lesquels orienter les actions de l’Eglise,
 la redynamisation des structures de l’Eglise,
 la modernisation de notre système de gestion et ceci à tous les niveaux,
 l’opérationnalisation du fonds commun central afin de mieux suivre la gestion de la trésorerie et de mieux maîtriser les charges de l’Eglise.
3) Au titre du renforcement de la doctrine
La maîtrise des doctrines protestante et méthodiste et leur transcription dans nos cultures amélioreront la clarification systématique de notre spiritualité, de notre choix théologique, ecclésiologique, organisationnel et administratif, surtout pour la jeune génération confrontée aujourd’hui à plusieurs formes de spiritualités, d’ecclésiologies et de théologies naissantes et déviantes. Des pratiques cultuelles non protestantes (prosternation devant l’autel, inclinaison pour scander divers mouvements) s’observent et se répandent en un phénomène d’imitation révélant le manque de connaissance de notre héritage protestant et méthodiste. Je conduirai personnellement une équipe de théologiens et de chercheurs qui mettra à la disposition de nos fidèles les fondements doctrinaux sous forme accessible pour leur édification et un meilleur engagement dans la foi et dans la pratique religieuse.

4) Le respect de la déontologie pastorale et la vie des ouvriers de l’Eglise
En matière d’autodiscipline du corps pastoral, il s’avère nécessaire d’opérer une relecture des codes de déontologie pastorale, de liturgie et des habits sacerdotaux. La profession pastorale ne saurait constituer un sanctuaire pour développer des pratiques inacceptables. De même, il faudra se pencher particulièrement sur :
 la question de la santé des pasteurs ;
 la situation critique des pasteurs admis à la retraite ;
 la situation des veuves et orphelins d’ouvriers de l’église ;
 la précarité dans laquelle les pasteurs accomplissent leur mission ;
 la question de plus en plus pressante des « Pasteurs faiseurs de tente ».
5) La diaconie
Les questions de diaconie nous interpellent sur des sujets d’actualité et d’importance pour l’avenir du corps de l’Eglise de demain. Les plus cruciales se rapportent à :
 l’accompagnement des couples et des jeunes dans le processus du mariage ;
 la question épineuse de l’insertion professionnelle des jeunes ;
 le renforcement des œuvres de l’église dans une perspective à la fois paroissiale et globale ;
 l’accueil et l’intégration des migrants et nouveaux membres.
6) Au plan administratif
Notre église se doit de regarder l’avenir avec réalisme et prendre sur elle de s’intégrer aux changements technologiques et macroéconomiques auxquels sont soumis notre nation. Nous devons ainsi nous investir dans :
 l’élaboration du schéma de gouvernance administrative et financière de la Présidence de l’Eglise, des régions synodales et de nos institutions ;
 l’assainissement du fonctionnement et l’autonomie financière des Régions synodales ;
 le toilettage de nos statuts et règlement intérieur, commencé depuis 2003, qui a produit des nouveaux textes que nous ne pourrions malheureusement étudier au cours de ce synode à cause des corrections préalables à opérer. Il sied tout de même de réitérer notre satisfécit particulier à la commission qui a travaillé d’arrache-pied sur le sujet pendant ces dernières années.
7) Sur le plan politique et de la réforme
Sur le plan politique, l’accompagnement de nos cadres et leaders est une nécessité qui s’impose à nous aujourd’hui. Ce rassemblement des cadres et leaders est un atout efficace pour nous engager dans les actions suivantes :
 le recensement général des fidèles ;
 l’identification et la mobilisation des compétences capables d’élaborer un plan décennal (2016-2025) pour le développement de l’église ;
 la conception d’un canevas pour l’élaboration du plan d’actions des institutions ;
 l’élaboration d’un plan stratégique de développement des œuvres au sein de l’EPMB selon la vision qu’elle s’est donnée au Synode Général tenu en 2005 à Lokossa.
Comme par le passé, nous produirons une lettre pastorale à l’endroit de tout le peuple béninois à propos de la situation socio-politique qui a cours dans notre pays en prélude aux différentes échéances électorales qui se profilent dans un futur proche.
Chers invités et chers délégués au Synode,
Je m’en voudrais d’énumérer tous ces défis sans mentionner celui qui nous tient le plus à cœur. Je veux parler de l’unité des Méthodistes ou de la réunification de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin.
8) Réunification de l’EPMB
Nous devons continuer de prier. Des démarches sont en cours. C’est l’occasion pour nous de réitérer toute la gratitude de l’EPMB :
 au Chef de l’Etat qui s’est lui-même impliqué, à un moment donné, dans la recherche de solutions à la crise au sein de notre Eglise ;
 à l’Eglise Méthodiste du Nigéria
 et à certains laïcs.
Nous nous devons également de nous unir davantage pour garder allumée et renouveler l’ardeur de tous ceux qui nous ont accompagnés depuis le début de ce processus.
J’ai en ces moments une pensée de compassion à l’endroit de tous ceux et toutes celles d’ici et d’ailleurs qui ont souffert ou continuent de souffrir à cause de cette crise, ceux et celles qui sont victimes de cette crise, ceux dont les couples sont brisés, ceux qui sont sans abris pour célébrer le Seigneur, etc.
Nous pensons qu’avec l’aide de Dieu, les promesses et les engagements aboutiront. Ce sont d’ailleurs là autant de raisons qui ont motivé le choix du thème de ce Synode.
C) THEME DU SYNODE GENERAL 2014
L’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin, depuis 2006 a amorcé le processus de sortie honorable de la crise institutionnelle et constitutionnelle qu’elle a connue depuis 1998. Cette crise a impacté la foi en Christ, le prince de paix qu’elle proclame et la bonne nouvelle du Royaume de Dieu qu’elle annonce.
Malgré la volonté affichée de notre Père le Révérend Henry Harry de voir cette Eglise qu’il a conduite à l’autonomie demeurer une ; malgré toutes les démarches entreprises par mon prédécesseur le Révérend Simon Kossi DOSSOU afin que tous redevenions un pour rebâtir cette Eglise entre temps divisée ; en dépit de notre volonté affirmée de trouver enfin en son sein les vraies approches et les solutions de sorties, l’unité ou l’unification de l’Eglise n’a pas été réalisée jusqu’à ce jour.
Mais dans ce malaise, nous constatons que l’Esprit de Dieu, l’Esprit de vie et de vérité est inlassablement à l’œuvre.
 De façon modeste en 2013, l’Eglise a célébré les 170 ans d’implantation du méthodisme et 20 ans d’autonomie au Bénin.
 La grâce de Dieu a surabondé ainsi pour marquer l’an 1 de ses 170 ans et Dieu a fait grâce à son Eglise en la dotant d’un outil moderne d’évangélisation ou, de communication et d’éducation de masse. Il s’agit de Radio Hosanna FM 90.6 la Voix de l’Espérance dédicacée le 1er Mars 2014.
 Dans le même temps, dans sa grâce, Dieu a permis à l’Eglise d’installer sur son propre site depuis le 26 juin 2013 la Polyclinique Le Bon Samaritain (PBS), un autre outil d’Evangélisation qui permet à l’Eglise de proclamer Dieu vrai et unique médecin. Avec ces deux outils qui assurent la visibilité de l’Eglise au sein du peuple béninois, la crédibilité et la dignité de l’Eglise sont renforcées.
Par conséquent, dans l’espérance de l’unité ou de l’unification de la famille Protestante Méthodiste du Bénin, doit-on encore attendre plus avant de témoigner que l’Eglise est guérie par les meurtrissures du Christ (Esaïe 53 : 5) ? Ne pouvons-nous pas dès lors dire comme le psalmiste : « Mon âme, bénis le Seigneur et n’oublie aucun de ses bienfaits ; c’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies » (Ps 103 : 2-3) ?
Assuré de la guérison de nos maladies spirituelles (péché, iniquité, division) et de nos maladies physiques, l’Eglise à l’impératif devoir d’annoncer la bonne nouvelle du royaume dans le domaine de la santé tant spirituelle, physique qu’institutionnelle.
C’est au regard de tous ces bienfaits du Seigneur que nous proposons comme thème pour l’année 2015 « Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » Es 53 : 5.
Ce thème nous conduit vers les objectifs que sont :
 stimuler et encourager le réveil spirituel de l’Eglise et dans l’Eglise ;
 permettre à l’Eglise de renforcer son implication dans le domaine de la guérison divine en développant le lien entre santé et maladies spirituelles et physiques, la guérison spirituelle et physique ;
 renforcer et multiplier le service d’Aumônerie hospitalière dans toutes nos régions à travers la formation et l’affectation de 11 aumôniers hospitaliers régionaux ;
 inviter les pasteurs à mettre l’accent sur l’accompagnement pastoral du peuple de Dieu et à faire chaque année leurs bilans de santé spirituelle et physique ;
 relever l’aspect thérapeutique de la confession et de l’observance de la loi de Dieu.
Sur la base d’une méthodologie adaptée, les objectifs ainsi énumérés seront déclinés en objectifs spécifiques pour une meilleure compréhension des actions à mener dans ce sens.
D) Un regard vers la société béninoise
En tant qu’Eglise riche en ressources humaines et d’une expérience presque bicentenaire, nous avons la responsabilité de continuer à être engagés dans notre société, à tous les niveaux possibles comme nous le pouvons, et à parler de manière prophétique, affirmant la raison de garder l’espérance en un lendemain meilleur et remettant en question tout pessimisme et pratiques anti progrès et incompatibles avec notre condition d’Eglise de témoignage chrétien.
A cet effet, je voudrais évoquer l’affaissement du dialogue socio-politique dans notre pays. Nos démarches et négociations sont en cours et continueront jusqu’au retour de la paix sociale et politique dans notre pays. Puisse le Seigneur nous donner la force et les moyens de nous rendre disponibles aux côtés de toutes les autres forces vives de la Nation pour apporter notre contribution à la résolution de cette crise et ceci pour l’intérêt de tout le pays.
Chers invités, chers délégués au Synode,
Je voudrais conclure : vous le constatez avec moi, la route est longue et la tâche est ardue. Mais l’Eternel lui-même donnera gloire à son nom à cause de sa bonté et de sa fidélité.
Nous sommes donc ensemble ; ensemble, nous nous sommes arrêtés pour jeter un coup d’œil sur le parcours accompli jusqu’ici et puiser de nouvelles énergies pour reprendre la route plus ensemble que jamais vers le but que nous nous sommes fixés.
J’ai foi et je suis convaincu que vous êtes là et que nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin. Dieu lui-même guidera nos pas et pardonnera nos manquements.
C’est sur cette conviction que je déclare ouvertes les assises du Synode Général de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin de l’année 2014.
Dieu bénisse l’EPMB,
Dieu bénisse le Bénin,
Je vous remercie.

Messages